Mémoire

Un contexte favorable à la mobilité durable

Une Politique de mobilité durable ambitieuse

Au printemps 2018, le Québec s’est doté d’une Politique de mobilité durable ambitieuse basée sur l’approche « Réduire - Transférer – Améliorer ». Les nombreuses cibles que nous nous sommes collectivement fixées avec cette politique nous forcent à repenser nos habitudes de déplacement. Conséquemment, il faudra réorganiser le financement de nos services de mobilité pour contribuer à l’atteinte de ces cibles.

 

La façon dont nous choisirons collectivement de financer les systèmes de transport doit appuyer l’approche Réduire - Transférer - Améliorer, donc favoriser, dans cet ordre, d’abord la réduction des déplacements, ensuite le transfert des déplacements vers des modes plus durables et en dernier lieu l’amélioration de l’efficacité énergétique des déplacements.

 

Le chantier sur le financement de la mobilité ne doit pas se limiter à résoudre la problématique du manque de financement des réseaux routiers et de transport collectif ; l’organisation du financement de la mobilité doit constituer en soi un outil de mise en oeuvre de la politique de mobilité durable. Les cibles fixées par cette politique sont nombreuses et les actions à déployer pour les atteindre le sont encore plus.

 

Les sept (7) recommandations de Trajectoire:

  • Augmenter le financement dédié aux modes durables en atteignant l’objectif gouvernemental de 50/50 entre les transports collectifs et le réseau routier au Plan québécois des infrastructures.
  • Augmenter le financement dédié aux modes durables en maintenant les 2/3 des revenus du marché du carbone dédiés aux transports, tel que prévu dans la loi.
  • Renforcer l’approche « Réduire - Transférer - Améliorer » en matière de mobilité durable dans l’ensemble des politiques gouvernementales concernées.
  • Revoir les règles de financement des réseaux de transports et accélérer le recours à l’écofiscalité.
  • Augmenter la taxe sur les carburants en priorité comme mesure transitoire à l’implantation d’un péage kilométrique et étendre la surtaxe sur l’immatriculation à l’échelle provinciale.
  • Déployer une stratégie de communication et de sensibilisation auprès du grand public afin de favoriser l’acceptabilité sociale.
  • Réussir l’électrification des transports en créant un fonds autofinancé dédié à l’électrification des transports (système de redevance-remise) pour remplacer les modalités actuelles du programme Roulez vert.